Rencontre avec les « paranges », ces parents qui ont perdu un enfant

Marie Claire 13/02/2020 par Juliette Hochberg

Quand une femme perd son mari, elle est veuve. Quand un enfant perd un parent, il devient orphelin. « Quand nous perdons nos enfants, que sommes-nous ? », interroge Nadia Bergougnoux, mère endeuillée depuis 20 ans, à l’initiative d’une pétition adressée à l’Académie française. La femme réclame depuis 2016 l’entrée du mot-valise « parange » dans les dictionnaires. « Nous sommes des paranges : parents d’anges« , explique-t-elle, simplement.

Bernard Pivot, Brigitte Macron, et plus de 56.000 internautes ont signé sa pétition. Mais l’Académie française et le Larousse refusent pour l’heure sa demande, car le terme « parange », mais aussi « mamange » et « papange », sont « encore méconnus de la plupart des gens » et donc, « trop peu répandus pour y figurer », (lui ont-ils expliqué). Soit les deux conditions nécessaires à l’acceptation d’un nouveau mot.

« Il n’y a pas de définition pour un parent qui perd son enfant. Quand vous avez une discussion avec quelqu’un, vous ne savez pas comment l’exprimer. Vous êtes un peu perdu dans l’expression de votre peine. Et vos interlocuteurs ne savent pas non plus quoi dire, comment le dire, ils ne sont pas à l’aise, il y a un tabou qui se forme.

https://www.marieclaire.fr/paranges-parent-deuil-enfant,1338969.asp

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :